Caillou – Marlboro light

QG La nuit finissait
Au compact de l’automne
Quand il faut s’abriter
Avec les corsaires nocturnes
Qui boivent et dansent et fument
En attendant le jour.

La nuit finissait,
Et nous étions une poignée
Eveillés dans les rues mouillées.

Puis nous étions deux
Dans un bar d’aurore
cotoyant les gens de l’aube.

Un verre de vin blanc
Et mes lèvres sur ta joue.
Ma fatigue derrière les yeux,
Et ton envie, de parler encore.
Deux verres de vin blanc
Et mes doigts timides dans tes cheveux.
Mes yeux savaient
Ce que tes yeux me disaient.
Trois verres de vin blanc
Et la rue m’éblouissait
Et toi.

Cette entrée a été publiée dans Caillou. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.