De la microseconde à l'année

Quand on publie un article de blog, on peut le faire référencer (je crois qu’on dit pinguer, mais je ne sais pas si ça s’utilise à la voie active ou passive. Les Monty Python ont même une machine qui fait Ping), et en quelques secondes, Technorati l’a référencé, hop, on existe sur la Toile. En revanche, il y a des mises à jour qui prennent plus de temps. Aussi, certaines rubriques sont déjà du passé. Il convient de connaître le décalage temporel de ces pages, pour éviter des bévues. Voici quelques durées moyennes :

  • les liens d’une page Internet professionnelle datent en moyenne de 6 mois ;
  • les liens d’une page Internet personnelle datent en moyenne de la date de création de la page + 3 semaines ;
  • la photo en ligne d’une personne date en moyenne d’il y a 6 ans (écart-type de 2 ans), ce qui n’est guère pratique. On devrait disposer d’un vieillisseur de photos en ligne, ce qui éviterait de chercher un homme de 40 ans au cheveux aile-de-corbeau, alors qu’il s’agit d’un vieillard égrotant au cheveu plus sel que poivre.
  • le CV en ligne d’une personne a au moins deux ans de retard ; évidemment, la liste des publications d’un chercheur peut retarder de 2 ans ;
  • la page d’un salon ou d’un congrès propose toujours de s’inscrire alors que le congrès est terminé (ex : Solutions Linux 2006 affiche le 7 février « La prochaine édition de Solutions Linux : 31 janvier, 1er et 2 février 2006« ).
  • les locations de vacances sont encore libres dans le monde cyber, mais sont blindées depuis 3 mois dans le monde réel.

Mais il y a des satisfactions : Ibrahim Ferrer est encore vivant

Cette entrée a été publiée dans Informatique et Internet and taguée . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.